retour page d'accueil

Tanis : la preuve par l’expérience

Créée en 2002 par deux grands équipementiers automobiles associés, l’entreprise Tanis située à Raillencourt Ste Olle emploie aujourd’hui 53 % de femmes et 47 % d’hommes. 65 % des opérateurs sont des femmes. Mixité et égalité s’y déclinent au quotidien, sans grand discours ni effet d’annonce. M. Calonne, le directeur des ressources humaines explique ce que les femmes ont apporté à l’entreprise et suggère aux pouvoirs publics de penser différemment leur politique de promotion de l’égalité professionnelle auprès des entreprises.

La mixité : pourquoi et comment

"A l’ouverture du site en 2002, nous avions un défi clair à relever : recruter 200 opératrices et opérateurs dans un délai de six mois sur le bassin d’emploi du Cambraisis. En tablant sur un recrutement pour dix candidat/es, il nous fallait susciter près de 2000 candidatures.
Il était indispensable d’ouvrir le recrutement le plus largement possible. Les annonces que nous avons diffusées n’exigeaient aucun savoir faire particulier à l’exception des savoirs de base, nous nous sommes concentrés sur les aptitudes. Le/la candidat/e devait être motivé/e pour un travail en grande série et conscient/e des tâches d’un opérateur : le travail cadencé, le contrôle qualité, un peu de retouches, du conditionnement.

Pour trier les CV, nous avons éliminé les personnes qui travaillaient à plus de 30 km, les niveaux supérieurs au bac et les profils purement bureautiques ou sociaux et au final nous avons convoqué 749 femmes et 1018 hommes.

Nous avons refusé de faire des différences a priori dans le recrutement et de ce fait, la parité s’est offerte à nous. Par la suite, nous avons même dû freiner les choses et rechercher des hommes de plus de 30 ans pour rééquilibrer les effectifs, sinon, nous nous serions retrouvés avec 70 % de femmes. Pourtant nous n’avons pas communiqué expressement en direction des femmes. Tout ce que nous avons fait, c’est démythifier le travail en industrie et veiller à ce que les offres et la procédure de recrutement ne dissuadent pas les femmes. Celles-ci, en voyant la propreté du site, en découvrant les valeurs de l’entreprise, ont été convaincues qu’elles pouvaient trouver leur place chez nous. C’est effectivement le cas.

Les candidates féminines étaient plus motivées

Ce qui est intéressant de constater, c’est que les candidatures des femmes ont eu un rendement nettement supérieur aux candidatures des hommes. Nous avons reçu 1028 candidatures de femmes et 1464 candidatures d’hommes et au final nous avons embauché 117 femmes et 79 hommes. A l’issue de la procédure, le taux d’embauche des candidates femmes était donc de 11.4 % et celui des hommes était deux fois moindre : 5.4 % Cette différence de résultats hommes/femmes était perceptible à toutes les étapes du recrutement. Le taux de présence à l’entretien individuel a été de 81 % chez les femmes contre 73 % pour les hommes. A l’issue de l’entretien de motivation, le nombre de femmes retenues avait dépassé celui des hommes. 190 femmes et 156 hommes ont passé les tests de l’AFPA (logique, perception visuelle, capacité à reproduire un geste dans le temps...). Le taux de réussite aux tests était lui aussi meilleur chez les femmes : 61 % contre 51 % pour les hommes. De là à penser que les hommes de plus de 30 ans sont moins motivés et motivants que leurs homologues femmes... Nous avons retenu beaucoup d’anciennes fileuses. Les femmes de 30-35 ans qui avaient déjà connu un licenciement étaient pour beaucoup de très bonnes candidates. Ces femmes qui sont souvent mères de famille ont appris à s’organiser, elles ont l’habitude de gérer le stress, de se battre. Si elles rejoignent l’entreprise, c’est pour jouer le jeu et s’engager dans l’aventure, elles veulent que l’usine dure. Les hommes quant à eux étaient moins motivés et moins dynamiques, ils tombent plus facilement dans la routine, dans un rythme binaire où vie privée et vie professionnelle communiquent peu."

Ce que la mixité a apporté à l’entreprise...

" Cette ouverture d’esprit a apporté beaucoup à l’entreprise. Les rapports au quotidien sont beaucoup plus harmonieux. Une réelle sensibilité à la qualité s’est développée. Les femmes ont investi les valeurs de l’entreprise, elles s’engagent fortement pour faire vivre le projet. Nous sommes toujours restés très attentifs aux rapports entre hommes et femmes mais nous avons peu eu à intervenir. Mettre des femmes dans un bastion tenu par les hommes a toujours été profitable : les machos baissent d’un ton, il n’y a plus de baron, de champion du monde et le développement de nouvelles manières d’aborder le travail devient possible. Globalement, les femmes sont beaucoup plus humbles au travail mais elles s’accrochent et cherchent à faire bien jusqu’au bout. Ainsi un jour un cariste vient me voir pour dénoncer la lenteur d’une de ses collègues... Effectivement, en une semaine, elle avait chargé un camion de moins mais elle n’avait strictement rien cassé. Même plus lente, sa manière de travailler était meillleure pour l’entreprise..."

Afficher des valeurs, c’est bien. Les pratiquer, c’est mieux.

"Pour ce qui concerne plus largement l’égalité professionnelle, nous avons développé une pratique au quotidien mais rien n’est artificiellement formalisé. Globalement, notre entreprise est en avance sur ce sujet. Une commission pour l’égalité profesionnelle a été mise en place comme l’exige la loi mais elle n’a rien de particulier à dire. En matière de salaire, il n’y a pas de différence. Pour ce qui est de la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale, nous faisons ce que nous pouvons pour aider les salarié/es. Les femmes sont parfois contraintes de choisir entre la famille et le travail et ce choix serait très difficile si la direction ne les aidait pas. Récemment, nous recrutions une personne à temps plein qui nous a demandé de ne pas travailler le mercredi ; nous avons accepté. Il ne faut pas affirmer des valeurs et les contredire en pratique ou dans l’organisation. Nous essayons donc d’aider, d’écouter chaque salarié/e au quotidien. Nous organisons des festivités pour les enfants et les familles, ... Tout cela donne de l’énergie à l’entreprise : quand ils/elles sont écouté/es, respecté/es, les salarié/es sont beaucoup plus motivé/es. Notre taux d’absentéisme est très faible et s’il nous faut des volontaires pour du travail supplémentaire, nous n’avons aucun mal à en trouver. A coup sûr, les entreprises ont tout à gagner à assumer leurs responsabilités sociales."

Comment convaincre les entreprises ?

" Pour faire progresser la mixité et l’égalité dans les entreprises, il faut mettre en avant les expériences réussies. Et on peut regretter qu’en la matière, les pouvoirs publics concentrent leur énergie sur les entreprises réticentes plutôt que sur les entreprises exemplaires. Ce ne sont pas des incitations financières qui décideront un employeur obtus à embaucher des femmes mais bien plutôt la preuve par l’expérience. (D’autant que des aides financières sont parfois promises mais non versées, c’est ce qui nous est arrivé.)

Le ministère de la Parité ou les Délégations aux Droits des Femmes et à l’Egalité devraient travailler avec un réseau d’entreprises partenaires. Si nous étions rétribuées pour cela, nous pourrions expliquer notre démarche aux autres entreprises et les convaincre. En visitant notre usine, ils comprendraient l’intérêt qu’il y a à évaluer les candidat/es au cas par cas sur la base de leur profil et de leurs aptitudes. Dire "c’est un job de mec, je ne veux pas de femme" c’est prendre un train de retard...Nous pourrions leur prouver que la mixité n’est pas un problème mais un atout... Ce genre d’exemple serait plus efficace que des discours venus de l’extérieur ou que des dispositions réglementaires pas toujours pertinentes... Quant au label égalité, il ne nous apporterait rien. La mixité et l’égalité, nous les pratiquons, nous en sommes convaincus, nous en sommes fiers mais mon métier ce n’est pas la publicité, c’est la production. Si les pouvoirs publics veulent s’appuyer sur nous pour promouvoir ces questions, il faut qu’ils s’en donnent et nous en donnent les moyens... "

Imprimer l'article

 

Fil RSS