retour page d'accueil

Petit déjeuner aves les entreprises à Arras

Le 14 juin 2005, le CORIF a animé, grâce aux financements de la DRTEFP et du FSE, un petit déjeuner pour sensibiliser les entreprises de l’arrageois à l’égalité professionnelle. Témoignages et débats ont mis en évidence les avantages que représentent la mixité et l’égalité pour les entreprises. Des pistes d’actions concrètes ont été évoquées pour faire avancer les choses. La dynamique de bassin se poursuit...

Mixité : des expériences très réussies

Pour convaincre les entreprises des avantages de la mixité et pour les encourager à s’engager sur le chemin de l’égalité professionnelle, rien ne vaut les témoignages de celles qui ont franchi le pas ... Toutes les entreprises qui ont accueilli des femmes sur des postes traditionnellement confiés à des hommes se félicitent des résultats : la mixité a dynamisé les équipes, amélioré les procédés de travail et les performances économiques, enrichi les compétences ... Logista, entreprise spécialisée dans la maintenance et le dépannage des installations sanitaires et thermiques en atteste. Madame Oddo, responsable des ressources humaines a témoigné de la richesse qu’offre à son entreprise l’arrivée récente de sept femmes comme techniciennes de maintenance.

Débat autour de la table du petit déjeuner

Les entreprises réfractaires s’appuient généralement sur les mêmes arguments : « mes ouvriers ne l’accepteront pas », « la contrainte physique est trop forte » ou encore « nous n’avons pas les moyens d’aménager les locaux ». Or, ces arguments ne résistent pas à l’expérience des faits. A l’exception de quelques postes très spécifiques, la contrainte physique n’est pas insurmontable, d’autant que les évolutions technologiques la relativisent beaucoup.
Pour ce qui est de la réaction des équipes déjà en place, elle est bien meilleure que les présupposés ne le font craindre. La mixité de toute façon ne se décrète pas, elle doit être accompagnée et expliquée. Enfin, en matière de coûts, des aides sont disponibles : Madame Tricot, chargée de mission départementale aux Droits des Femmes, les a détaillées aux participant-es.

Egalité : des pistes d’actions

Les entreprises ont tout à gagner à recruter des hommes et des femmes sur tous les métiers. La mixité, pour reprendre une expression de Madame Oddo, est « un premier pas vers l’égalité professionnelle. » Mais elle n’est qu’un premier pas. L’égalité professionnelle est en effet un vaste chantier qui demande que soit développée la formation des femmes, leur place dans l’encadrement, l’ accès aux responsabilités, ...Construire l’égalité est un travail de longue haleine, plus complexe que les seules pratiques de mixité. Pour le faire avancer, il faut des outils : le rapport de situation comparée en est un qui permet de prendre conscience des inégalités. Il faut également des idées et des pistes d’actions. Madame Tricot en a présenté quelques unes.
Ainsi, certaines entreprises ont formalisé leurs critères d’évaluation et de recrutement et en ont débattu afin de supprimer les mécanismes discriminants qui pouvaient s’y cacher. Certaines se sont engagées à garantir aux femmes en congé maternité les mêmes promotions et évolutions salariales que les autres salariés. D’autres veillent à planifier au mieux les agendas pour faciliter l’articulation des temps de vie, ... La MACIF représentée au petit déjeuner par Madame Delcroix, s’est engagée quant à elle à développer la place des femmes dans l’encadrement. Pour ce faire, une série d’actions très concrètes ont été mises en place.

Des acteurs de terrain mobilisés

Les entreprises peuvent faire beaucoup pour l’égalité professionnelle et elles ont beaucoup à y gagner. Elles ne sont pas pour autant les seuls acteurs concernés. Les structures d’orientation, les centres de formation, les accompagnateurs à l’emploi, tous représentés à ce petit déjeuner, ont beaucoup à faire et font déjà beaucoup sur le terrain. Cette matinée a offert l’occasion d’un débat et de témoignages croisés sur la manière de faire avancer les choses au quotidien dans l’arrondissement d’Arras. Elle a permis d’encourager chacun-e et elle a réaffirmé la nécessité de travailler ensemble. Le CIBC par exemple travaille en partenariat avec la chambre des métiers pour faire découvrir les métiers de l’artisanat aux femmes. Le centre de formation CEFOPLAST a convaincu des entreprises de l’intérêt qu’elles ont à embaucher des femmes, ...L’association Elan accompagne des femmes qui cherchent à travailler dans la logistique ou dans l’agroalimentaire, ...

Toutes ces actions, peu à peu, font avancer la mixité et l’égalité dans la région. Les femmes aussi sont les artisanes de cette évolution, quand elles s’engagent dans des métiers dont elles ont longtemps été écartés ou quand comme Madame Mezzi, venue également témoigner, elles créent leur propre entreprise dans des secteurs traditionnellement occupés par les hommes (l’installation d’équipements frigorifiques en l’occurrence).

Il faut espérer que tous ces acteurs sauront continuer de travailler en commun car tous étaient d’accord pour le dire : « les choses évoluent, ça change peu à peu mais il y a encore beaucoup à faire. »

Imprimer l'article

 

Fil RSS