retour page d'accueil

Technicienne de maintenance, pourquoi pas ?

Quand elle a reçu une lettre de l’ANPE l’invitant à une réunion d’information sur le métier de technicienne de maintenance, Chantal s’est simplement dit : « pourquoi pas ? » et elle est allée voir.

Agée de 41 ans, elle a travaillé plus de dix ans comme fileuse. Elle a également été vendeuse, serveuse, manutentionnaire...

Dessin, une création Féminin Technique - BourgogneEn répondant à cette invitation, elle a découvert un métier qu’elle ne connaissait pas mais dans lequel elle s’est projetée très facilement. « Je me suis identifiée à la personne qui témoignait. Certes, je n’avais jamais rêvé d’être dépanneuse mais j’ai toujours aimé bricoler, toucher aux choses. En outre, j’aime beaucoup la relation client. J’ai compris en fait que c’était une possibilité que j’attendais depuis longtemps et j’ai foncé. »

Après les diverses étapes de sélection et de tests, Chantal est entrée en contrat de professionnalisation. Elle partage son temps entre formation et travail et son nouveau métier l’enthousiasme. « J’en ai envie, j’aime cela donc ça se passe très bien et les collègues m’ont facilité la tâche. Le fait d’avoir un tuteur notamment est une très bonne chose. Je sais que je ne suis pas seule. En ce moment par exemple, nous avons beaucoup de travail. En fin de journée mes collègues m’appellent pour me demander où j’en suis et s’assurer que je n’ai pas besoin d’un coup de main. Et puis, entre femmes, on se serre les coudes. »

Si les clients sont un peu surpris quand elle arrive chez eux et s’ils la prennent d’abord pour une secrétaire, leurs réserves s’effacent devant la qualité de son travail. « Les clients demandent à avoir de nouveau affaire à moi ... c’est plutôt bon signe ... » explique Chantal modestement.

Imprimer l'article

 

Fil RSS