retour page d'accueil

Plancher collant et plafond de verre

La montée de l’activité professionnelle des femmes s’est accompagnée de changements dans la structure des métiers. Celles-ci ont profité de la croissance de l’emploi tertiaire. Elles accèdent plus souvent aux fonctions de cadres ou de professions intermédiaires. La féminisation de ces fonctions s’observe au niveau des familles professionnelles.

A l’exception des informaticien/nes et des formateur/trices, les métiers de cadres continuent à se féminiser, mais de manière différenciée. La montée des femmes est beaucoup plus forte chez les cadres administratifs, comptables et financiers et chez les cadres commerciaux et technico-commerciaux que chez les enseignant/es, catégorie qui reste la plus féminisée parmi les métiers de cadres. Entre 1992 et 2002, deux tiers de l’augmentation de l’emploi des femmes viennent de leur progression chez les cadres et les professions intermédiaires.

Pourtant, les femmes se heurtent encore au plafond de verre : 1 femme parmi les patrons des 200 plus grands groupes en France. 7% de femmes dirigeantes parmi les 5000 entreprises françaises.

Par ailleurs, « les emplois de la Fonction Publique d’Etat restent marqués, comme ceux du secteur privé, par une forte spécialisation et des écarts de niveaux hiérarchiques entre hommes et femmes. Bien que majoritaires (57%), ces dernières sont très peu présentes dans les fonctions d’encadrement et les postes à responsabilités. Fin 2002, elles représentent 13,4% des 3800 emplois de direction et d’inspection ». (Insee Première 1006-mars 2005)

Imprimer l'article

 

Fil RSS