retour page d'accueil

Certaines choisissent de créer leur activité et même des emplois

Si les femmes sont sur le marché du travail dans une position moins avantageuse que les hommes, les choses ne sont guère différentes en matière de création d’entreprise. Les femmes représentaient en 2002 moins de 30 % des créateurs/créatrices d’entreprise.
Parfois utilisées par les femmes pour contourner des difficultés d’accès à l’emploi, l’entreprenariat est une voie à développer pour favoriser l’égalité professionnelle. C’est en tout cas un des objectifs affirmés par la charte de l’égalité défendue par l’Etat. Aux niveaux régional, national ou européen, des aides existent et diverses associations informent et accompagnent les femmes qui veulent créer leur activité.

Des inégalités en amont et en aval de la création

Illustration Féminin Technique en Bourgogne Les femmes sont globalement plus diplômées que les hommes mais elles sont nettement moins nombreuses à créer leur entreprise et beaucoup y sont mal préparées. L’Agence pour la Création d’Entreprise (APCE) affirme que 68 % des créatrices d’entreprise ne suivent aucune formation préparatoire et que près de la moitié d’entre elles ne sont pas accompagnées. Statistiquement, les femmes réalisent moins d’études de marché ou de prospections, elles ont plus de difficultés à accéder au crédit bancaire que les hommes, d’où il résulte que l’envergure financière des projets portés par les femmes est globalement moins grande que pour ceux qui sont portés par des hommes.
Trois ans et demi après la création, 71 % des créatrices n’ont pas de salarié contre 59 % pour les créateurs. Le taux de pérennité des nouvelles entreprises cinq ans après la création est de 45 % pour les hommes contre 41 % pour les femmes.
Derrière ces inégalités se cache le jeu des représentations, un manque de confiance en soi intériorisé par les femmes, une défiance irréfléchie à l’égard des femmes de la part des financeurs ou des décideurs, souvent majoritairement masculins. La difficile conciliation des temps de vie peut aussi expliquer que les femmes soient minoritaires dans la création d’entreprise, notamment à l’âge où celle-ci est la plus fréquente, à savoir entre 25 et 40 ans, l’âge des maternités. En dehors de cette classe d’âge, la différence homme/femmes est beaucoup moins nette. Illustration FeTe - Bourgogne

A l’occasion de la Charte de l’Egalité, l’Etat a renouvelé son souhait de développer la prise d’initiative des femmes. Cette intention n’est pas nouvelle et apparaît dans la plupart des textes sur l’égalité professionnelle depuis de nombreuses années mais la part des femmes dans la création d’activités n’a que faiblement augmenté depuis 20 ans.

Certaines femmes se tournent vers la création d’entreprise pour contourner les difficultés qu’elles ont à trouver du travail. De nombreuses créatrices d’entreprise n’ont pas ou peu d’expérience professionnelle. La création d’entreprise peut effectivement être une solution, notamment dans des secteurs d’activités plutôt fermés aux femmes mais il faut cependant être prudent. Un projet d’entreprise conçu par défaut aura peu de chance d’aboutir. Il est indispensable de mûrir le projet, de s’informer le mieux possible, de rencontrer d’autres femmes créatrices d’entreprises. C’est pour cela que des femmes témoignent et que des associations mettent leurs compétences et des ressources à votre disposition ).

Imprimer l'article

 

Fil RSS