retour page d'accueil

Créatrice d’entreprise dans le transport routier

Si les femmes créatrices d’entreprises sont encore relativement peu nombreuses, très rares sont celles qui créent leur activité dans le transport routier. C’est ce qu’a fait Annette en 1989 à Oye Plage ... elle ne le regrette pas et ses salariés non plus...

"En 1989, mon mari était étudiant, je cherchais un moyen de dégager de l’argent et j’ai eu l’idée de créer une entreprise dans le transport. C’est un secteur très dynamique dans la région de Calais. Je suis allée voir mon banquier pour lui faire part de mon intention. Ça ne lui a posé aucun problème et il m’a fait confiance. Comme quoi, il ne faut pas croire : les hommes font confiance aux femmes ! J’ai commencé avec un chauffeur, à présent l’entreprise en emploie huit.

Le monde du transport est très masculin mais je n’ai jamais eu de problème particulier. C’est même un avantage d’être dans un milieu d’hommes. Je trouve que ça rend les gens plus compréhensifs, plus charmants. Jamais je n’ai eu le sentiment d’être inférieure aux hommes dans le travail. Ca se passe très bien, c’est un très bon métier. Jamais on ne m’a regardée de haut parce que je suis une femme et que je parle de mécanique ou de pneu. D’ailleurs si ça arrivait, je ferais face immédiatement !

C’est très bien qu’il y ait des femmes dans le milieu du transport, elles y ont tout à fait leur place. Certes, c’est un métier qui n’est pas facile. Les horaires de travail notamment sont difficiles à concilier avec la vie de famille. Mais c’est un choix à faire et à assumer... Et puis nous sommes aussi compétitives que les hommes et tout a fait capables de bien gérer une équipe. Certes j’ai des coups de gueule avec mes chauffeurs parfois mais c’est normal, ça serait pareil pour un homme.

"En 16 ans, je n’ai jamais reçu de candidature féminine..." _ Le fait est que les femmes sont encore fort peu nombreuses. Si je n’ai pas de chauffeuse c’est parce qu’en 16 ans, je n’ai jamais reçu de candidature féminine. Je connais pas mal de femmes dispatcheuses mais pas de chauffeuse. J’en connaissais une en frigo mais elle a abandonné car pour ça, il faut une santé de fer et en milieu d’usine, il faut la même force qu’un homme. Tirer les bâches, ça n’est pas évident.
Si une femme arrivait dans l’équipe comme chauffeuse, je pense que ça se passerait bien. Les chauffeurs m’ont toujours dit que les chauffeuses qu’ils connaissaient étaient aussi compétentes qu’eux. Sans doute, ils lui donneraient plus facilement un coup de main et la soutiendraient. Il n’est pas du tout question de sexisme. Après, il faut voir comment elle-même se comporterait avec eux. Si elle est trop sur ses gardes et qu’elle les envoie balader sèchement... A trop anticiper les difficultés, on peut parfois les créer soi-même !

Imprimer l'article

 

Fil RSS