retour page d'accueil

Une femme chef (cheffe ?) du chantier

Depuis plusieurs mois, la construction du nouveau collège Louise Michel a commencé à Lille Sud. C’est Amélie BARON, jeune chef (cheffe ?) de chantier de 26 ans qui coordonne les travaux. Christine Delafosse, la documentaliste du collège a eu l’idée de lui faire rencontrer un petit groupe d’élèves de 5ème afin qu’elle puisse répondre à leurs questions :


Pourquoi avez-vous choisi de faire ce métier ?
Mon père travaillait dans le bâtiment et il m’emmenait souvent sur les chantiers dont il s’occupait. Il avait les yeux qui brillaient quand il me parlait de son travail !

Qu’est-ce que vous préférez dans votre métier ?
Ce que j’aime par-dessus tout c’est de voir l’ouvrage se concrétiser. J’aime aussi le travail en équipe, nous sommes quarante et nous sommes complémentaires ; c’est très riche de travailler ensemble ! Amélie explique aux élèves

Comment vous faites pour travailler et avoir une vie à côté ?
Je vis en couple et avec mon compagnon on se partage les tâches, ça se passe bien. Si un jour nous avons des enfants, nous n’envisageons ni l’un ni l’autre d’arrêter de travailler, on s’organisera pour ne pas se priver de faire ce que l’on aime.

Est-ce que vos collègues vous respectent ?
Je fais mon travail, ils me voient à l’œuvre tous les jours alors ils me respectent mais si quelqu’un était irrespectueux je ne me laisserais pas faire... J’ai aussi un rôle d’autorité, je dois me faire respecter car s’il arrivait quelque chose sur le chantier, je serais responsable.

Peut-être disent-ils du mal de vous quand vous n’êtes pas là ?
Peut-être... mais ça c’est vrai partout... Même vous, parfois, vous dîtes du mal de vos copains, de vos copines quand ils ne sont pas là... Je ne pense pas que ça soit spécifique parce que je suis une femme... L'album photos des réalisations d'Amélie

Êtes-vous fière de votre travail ?
Oui, je suis très fière de ce que l’on arrive à faire avec l’équipe ! C’est un vrai challenge, on a des objectifs à atteindre, des délais à respecter et quand on livre le bâtiment à la bonne date et qu’ensuite on le voit vivre, ben on est très fier.

Êtes-vous féminine en dehors de votre métier ?
(Amélie sourit...) A mon avis oui, je reste féminine même dans mon travail. Je ne mets pas de jupe car je dois souvent monter à l’échelle et sur le chantier je dois porter des bottes de sécurité, mais ça ne m’empêche pas d’être féminine. Je ne me sens pas différente de mes amies.

Imprimer l'article

 

Fil RSS