retour page d'accueil

Superviser le chantier

Delphine a 25 ans et est conductrice de travaux

Pourquoi avez-vous souhaité travailler dans le bâtiment ?

La cheffe de chantier au téléphone

Je suis arrivée dans le bâtiment un peu par hasard. Au départ, je voulais travailler dans l’environnement. Après un baccalauréat S, j’ai fait un DEUG de Chimie et j’ai intégré une école d’ingénieur (l’école Polytechnique Universitaire de Lille à Villeneuve d’Ascq). Au cours de mes études j’ai effectué des stages : la 1ère année comme "ouvrier" et la 2ème année en tant que conductrice de travaux. En 3ème année j’ai réalisé un projet de fin d’études sur l’« inspection d’ouvrages d’art », dans une entreprise d’hydraulique qui souhaitait se développer. Cela a abouti sur une embauche pour créer ce secteur. Je devais travailler sur des ponts, des stations d’épuration. J’ai rapidement décidé de quitter l’entreprise car le projet a été repoussé à beaucoup plus tard et les autres femmes n’acceptaient pas mon statut.

En octobre 2005, j’ai envoyé une candidature spontanée et j’ai été embauchée par EIFFAGE comme conductrice de travaux. J’ai tout de suite senti que le directeur qui m’a reçu avait la volonté d’intégrer des femmes dans l’entreprise. Cela n’a pas empêché quelques frictions avec un architecte dans son élocution et son comportement. Je pense qu’il prenait moins de plaisir à me parler ou me répondre.

Base de vie du chantier

Mais avec le temps les tensions se sont apaisées du fait de ma persistance et de mon indifférence.
J’ai également eu un problème avec des sous-traitants carreleurs. Par exemple ils ont caché mes chaussures ; j’ai immédiatement réagi en appelant leur directeur, cela ne s’est jamais reproduit. Même en ce qui concerne les plaisanteries, les ouvriers font attention en ma présence mais je pense qu’il faut s’attendre à entendre des propos crus car le milieu veut ça et c’était déjà le cas durant mes études.

Delphine sur le chantier

Que pense votre entourage de votre poste et de votre travail ?

Mon entourage n’est pas surpris. Dans la famille,plusieurs femmes travaillent dans des environnements très masculins : ma tante dans la politique, ma mère est directrice de l’économat dans un Centre Hospitalier, alors on a l’habitude !

Comment vous voyez-vous dans quelques années ?

Dans 5 ou 10 ans, je me vois toujours dans le bâtiment, même si je suis consciente que certains jours, quand il le faut, je travaille très tard au bureau. Je suis déjà rentrée chez moi à une heure du matin car je devais avancer sur des dossiers mais pour l’instant je n’ai pas d’enfant donc aucune contrainte horaire.

Delphine sur le chantier

Imprimer l'article

 

Fil RSS