retour page d'accueil

Devenir maçonne

Depuis que je suis jeune je voulais travailler dans le bâtiment

Claudine est âgée de 37 ans et elle a 3 enfants âgés de 15, 12 et 6 ans.
Elle est arrivée dans la région suite à une séparation. Auparavant, elle a travaillé pendant 9 ans dans un magasin de vente en animalerie comme femme de ménage à temps partiel puis comme vendeuse et enfin responsable de rayon.
Ce travail lui plaisait précise t’elle mais les horaires ne lui convenaient plus à cause des enfants. Alors, comme elle en avait marre de jongler avec tout ça et surtout de travailler le week-end, elle a décidé d’arrêter.
A son arrivée en décembre 2005 à Tourcoing, elle a travaillé 10 mois comme intérimaire dans des secteurs d’activités divers tels que l’imprimerie et la vente en jardinerie, mais elle ne souhaitait pas rester dans ces domaines.

Claudine devant "son" mur

Ce qui l’intéressait, c’était de faire une formation dans le domaine du bâtiment, «  depuis que je suis jeune je voulais travailler dans ce secteur » précise Claudine. « J’ai toujours bricolé chez moi et j’ai appris par moi-même certaines choses comme la pose de placo, de carrelage, de tapisserie, mettre en peinture, faire des enduits et on m’a toujours félicité pour ce que je faisais »
Elle s’est adressée à l’ANPE mais on lui a répondu que ça serait impossible du fait qu’elle ne percevait pas les ASSEDIC. Elle a alors déposé son CV dans les agences d’intérims pour proposer ses services dans le bâtiment. Un jour, l’Agence lui a proposé de participer à une réunion d’information en vue d’intégrer une formation dans laquelle il n’y aurait que des femmes et qui se déroulerait en alternance avec plusieurs périodes en entreprises. Elle a passé des tests puis des entretiens avec le directeur du centre de formation le CPO à Courcelles les Lens et d’autres personnes.
« Jamais je n’avais imaginé une telle proposition, j’ai alors tout de suite sauté sur l’occasion et j’ai tout fait pour y entrer... Pour EIFFAGE c’était un test cette expérience d’embaucher des femmes sur des postes de maçonnes »
« Malgré mon côté réservé je me suis tout de suite adaptée à mon poste de travail, je me suis sentie très à l’aise, aussi bien avec les équipes en formation qu’avec les collègues sur le chantier. Un architecte m’a même félicitée pour ma technique de travail et pour mon sérieux. Il m’a dit que je travaillais encore mieux qu’un homme ! Mes murs sont irréprochables et en plus je suis productive, j’ai la cadence qu’il faut. Je fais du 3,5 m2 en brique et du 7 m2 en parpaing creux ».

Claudine devant le mur de parpaings

Aujourd’hui, Claudine travaille toujours avec la même motivation et le même investissement au travail.
Les gestes professionnels sont pour elle maîtrisés, l’intégration dans les équipes a bien fonctionné. Elle dit que c’est peut-être grâce aux tuteurs qui l’ont accompagnée depuis le début. Elle explique que parfois c’est difficile, quand il pleut par exemple ou qu’il fait froid car on ne peut arrêter que s’il fait 0 degré. « Mais je m’adapte » dit-elle.
Claudine met tout en œuvre pour passer et obtenir son CAP de maçonne au CPO et être embauchée dans l’entreprise SAE. « Trouver du travail, c’est difficile, alors je ne rechigne devant rien » conclut-elle.

Cette formation/emploi devrait se terminer par un Contrat à Durée Indéterminé avec l’entreprise SAE dont l’objectif était de pérenniser les postes des 6 femmes qui sont sur cette nouvelle opération « recrutement au féminin ». Les partenaires associés à ce projet sont : le CPO, les entreprises SAE et Nord France, le groupe Eiffage, l’ARACT, les agences de travail intérimaire ADIA et ARISTE et le CORIF.

Création Féminin Technique - Bourgogne

Imprimer l'article

 

Fil RSS