retour page d'accueil

Agentes de voiries pour la ville de Lille

Témoignage d’une formatrice qui a suivi ces femmes sur leur lieu de travail

Nous sommes allées rencontrer les femmes agentes de voirie, employées en CAE par la ville de Lille un ¼ d’heure avant leur prise de poste puis nous les avons suivies une petite demi-heure au démarrage de leur poste.

Salut à la prise de poste

C’est dans une ambiance de bonne humeur que nous les avons découvertes au local du service de propreté, vêtues de leur tenue de travail (veste et pantalon fluo), assises ou debout à attendre le secteur dans lequel elles vont intervenir. C’est leur chef comme elles l’appellent (l’agent de maîtrise) qui est chargé d’affecter le secteur.
Visiblement elles sont toutes très décontractées.
Elles précisent qu’elles arrivent une demi-heure avant le départ prévu à 12 heures, afin d’avoir le temps de s’habiller "et puis on ne sait jamais" dit l’une d’elles « il faut prévoir au cas où il y aurait des problèmes dans les transports en commun, alors on préfère partir tôt. »

Toutes sont souriantes, maquillées et tout à fait intégrées dans les équipes présentes.
Avant le départ Pendant ce temps d’attente, nous échangeons avec quelques hommes : Que pensez-vous de la présence de femmes sur le poste de balayeur, balayeuse de rues ?
Les avis sont assez divers et parfois même catégoriques :
«  Ça change, ça met de l’ambiance, elles travaillent comme nous » « Peut-être même mieux » précise un autre, « elles sont courageuses, car c’est pas évident, mais bon si ça leur plaît... »
Nous avons demandé à un collègue homme d’imaginer ce qu’il dirait si une de ses sœurs l’informait qu’elle souhaite travailler comme agente de voirie. Tout de suite et énergiquement il a répondu « Je la laisserai pas le faire, car c’est un travail d’homme ». Après des demandes de précision, et sans doute gêné par les propos qu’il a tenus, il conclut par « mais si c’est vraiment ce qu’elle veut faire, ben elle a qu’à le faire » Les consignes sont données, les équipes constituées c’est l’heure du départ. Nous suivons les filles qui se dirigent vers le local où se trouvent les balais, qui sont leur principal outil de travail. Elles les mettent dans le camion qui va les transporter jusqu’à leur lieu de travail.
Le chef d’équipe est au volant du camion accompagné de 2 autres hommes et des trois femmes qui vont travailler ensemble. Elles nous précisent qu’elles ont demandé à leur chef pour rester ensemble.
Il est 12 h 30 quand elles arrivent sur leur secteur et très vite, elles descendent du camion, enfilent leurs gants et démarrent immédiatement, toujours sourire aux lèvres.

L'équipe se retrouve avant de partir en tournée

Deux filles travaillent en binôme sur le même trottoir, et la troisième travaille seule sur le trottoir d’en face.
Nous demandons à un passant ce qu’il pense des femmes qui exercent ce métier. Un étudiant nous répond : « c’est un travail comme un autre, et puis si elles font ce qu’elles aiment, c’est bien », « je leur souhaite bon courage ! ».

Imprimer l'article

 

Fil RSS