retour page d'accueil

Transpole et la mixité : une entreprise en phase avec sa clientèle

Depuis trois ans, l’entreprise Transpole s’est engagée dans une politique de féminisation du métier de conducteur-receveur. Quarante cinq femmes ont été recrutées à ce poste qui était jusque là occupé presque exclusivement par des hommes. Caroline Honoré du service des ressources humaines dresse le bilan de ces actions, un bilan très positif.

"L’entreprise a beaucoup gagné à s’ouvrir de la sorte. Les clients sont très satisfaits. En terme de recrutement, nous avons eu de meilleurs résultats qu’avec les hommes car les femmes candidates ont mûrement réfléchi leur projet, elles se sont organisées en conséquence et sont très motivées. Elles se sont avérées plus souples dans la conduite et plus chaleureuses. Et globalement, nous constatons une baisse des incivilités dans les bus conduits par des femmes."

Une difficulté : attirer les femmes dans l’entreprise

Transpole veut que son personnel ressemble à la clientèle et en cela la mixité est une démarche logique. L’entreprise voudrait recruter d’autres conductrices mais il n’est pas simple d’attirer les femmes dans ce métier. La direction communique beaucoup pour les convaincre que ce métier leur est accessible et qu’elles peuvent s’y épanouir. Epanouissement est bien le mot qui convient pour parler de Marjorie Pannier, ancienne secrétaire devenue conductrice de bus chez Transpole et qui affirme :"je me sens très bien dans ce métier et le fait d’être une femme n’est pas un problème bien au contraire."

Une procédure de recrutement longue mais fiable

Pour recruter ces femmes conductrices, Transpole a travaillé au cours des trois dernières années avec divers partenaires : la Délégation Régionale aux Droits des Femmes, le Plan Local d’Insertion par l’Economique de Lille, l’ANPE, les Missions Locales... La procédure retenue est assez longue. Il faut compter environ neuf mois entre le premier contact avec les financeurs et les partenaires et l’embauche effective des candidates. Ce délai n’est pas toujours compatible avec l’urgence dans laquelle peuvent vivre certain/es demandeur/es d’emploi mais la procédure est efficace pour l’entreprise car elle garantit que les personnes recrutées sont effectivement faites pour ce métier. En outre, cela limite le risque de défection en formation où les places sont très coûteuses.

Après une phase d’information sur la société et sur les métiers, des tests de sélection vérifient la motivation des candidates et certaines aptitudes indispensables : la gestion du stress, les conflits, le calcul. Puis les candidates sont placées en immersion pendant une journée avec un conducteur. Celles qui confirment leur projet passent des tests psychotechniques et trois entretiens, respectivement avec le/la consultant/e d’un cabinet de recrutement, avec un/une agent de maîtrise et avec un/une représentant du service Ressources Humaines. Les candidates retenues passent un test de conduite et une visite médicale de pré-embauche avant d’entrer en formation pour douze semaines dont une en immersion dans l’entreprise. A l’issue de la formation, Transpole s’engage à embaucher en CDI les personnes reçues.

L’insertion de ces femmes dans l’entreprise n’a pas posé de difficulté particulières. Si quelques salariés, notamment les plus anciens, avaient quelques réticences a priori, celles-ci n’ont pas résisté à l’épreuve des faits : les femmes ont prouvé qu’elles étaient compétentes et leur légitimité a été très vite reconnue.

La mixité ... dans les deux sens !

La mixité ne concerne pas que les femmes. Aux guichets, Transpole aimerait développer la présence des hommes, fort peu nombreux, mais là aussi, les candidats, dissuadés par des représentations "automatiques" sont difficiles à trouver.

Transpole et l’égalité

En matière d’égalité au sens large, Transpole n’a pas à ce jour de politique spécifique "Nous ne rencontrons pas de problème en la matière. Concernant les salaires, la grille que nous utilisons s’appuie sur les compétences et traite hommes et femmes à égalité. Pour ce qui est de la promotion, les compétences là aussi sont déterminantes. Je ne pense pas que l’on puisse parler d’inégalités homme/femme à Transpole. Nous sommes fortement syndicalisés et cette revendication n’a jamais été portée par les sections syndicales." déclare Madame Honoré.

Elle réaffirme en tout cas la volonté de Transpole de poursuivre sa politique de mixité : "La diversité et la mixité sont des facteurs de richesse pour l’entreprise. Associer les différences permet d’enrichir les points de vue, de trouver des solutions, ... La femme aujourd’hui a toute sa place dans le monde du travail. Beaucoup évoquent encore le congé maternité comme un problème ce qui n’a pas lieu d’être. N’oublions pas que les hommes aussi sont parfois en arrêt et ils sont de plus en plus nombreux à prendre des congés parentaux d’éducation. Et il existe des solutions aux absences : le travail à distance peut en être une. Nous avons pris l’habitude d’aborder la place des femmes dans le monde du travail avec des réserves ou de manière problématique. Il est temps de reconnaître qu’elles font pleinement partie de la vie active."

Imprimer l'article

Forum

 

Fil RSS