retour page d'accueil

Une offre de garde variée mais qui permet peu de travailler sur des horaires décalés.

Garde d’enfants IMG/flv/mixite_chap6.flv

Il existe sur le territoire une grande variété de modes de garde mais les structures collectives fonctionnent en majorité de 7 heures le matin, parfois 6h30 jusqu’à 19 heures le soir, du lundi au vendredi. Certain-es assistant-es maternel-les acceptent d’accueillir les enfants sur des plages horaires plus larges, mais cela reste assez exceptionnel.

Pourtant 80 % des enfants de moins de 7 ans ½ dont les parents travaillent ont au moins un parent concerné par des horaires de travail irréguliers ou décalés. Alors que deviennent-ils lorsque leurs parents travaillent :
- avant 7 heures,
- après 19 heures,
- la nuit,
- le week-end… ?

Dans la majorité des cas c’est la stratégie du « parent-relais » qui fonctionne. Le « deuxième » parent quand il existe et s’il a lui-même des horaires réguliers prend en charge l’enfant pendant que son/sa conjoint-e travaille. On constate également de nombreux arrangements avec les grands-parents, les frères et sœurs ainé-es, les oncles, les tantes, mais aussi, avec les ami-es, les voisin-es etc. Pour beaucoup de parents isolés cela reste un véritable casse-tête qui nuit souvent à leur insertion professionnelle et à leur maintien dans l’emploi.

Des expériences plus innovantes existent.


- Les crèches inter-entreprises. Créées à l’initiative d’entreprises pour répondre aux problèmes de garde de leurs salarié-es, elles offrent souvent des plages d’accueil élargies. Par exemple :

- La crèche du centre hospitalier de Seclin ouvre de 5h45 à 21h30

- La crèche « Les petits chaperons rouges » installée dans la zone industrielle de Roubaix Est devrait ouvrir ses portes de 5 heures à 21 heures…

- Les associations relais : des expériences ont été menées en région, par des associations, pour imaginer des services de garde relais. Par exemple par Innov’enfance sur Lille, l’Aduges sur Dunkerque, l’île aux enfants sur Auby…
Mais ces expériences ont du mal à être poursuivies en raison de leur coût relativement élevé.

N’hésitez pas à nous informer des initiatives dont vous avez entendu parler ou que vous menez !

Imprimer l'article

 

Fil RSS