retour page d'accueil

Reconnaître la passion et l’assiduité des conductrices

Il y a, aujourd’hui, chez 5 femmes conductrices poids lourds chez Delcroix Transports à Auby, nous avons interviewé Mme Claire Wadin du Service Ressources Humaines

Embaucher des femmes, est-ce une politique délibérée ? Ces embauches sont-elles significatives d’une volonté de construire la mixité ?

Hommes et femmes travaillent ensemble à la décharge du camion citerne

En 2002, on a commencé à avoir des candidatures de femmes pour des postes de conduite de marchandises. Pourquoi ne les aurions-nous pas reçues en entretiens comme les autres candidats ?
Notre métier est le transport de matières dangereuses. On ne les transporte pas comme de l’eau : ces produits exigent de la part des chauffeurs du calme, de la précision, du sérieux, de l’investissement, le sens des responsabilités.
On cherche avant tout du savoir-être, plus que du savoir-faire. Ces qualités pour nos métiers les femmes les ont comme les hommes. Nous recherchons ce profil particulier de candidat ou de candidates ; femme ou homme, on ne fait pas la différence.
On a fait l’essai avec une première femme, on a apprécié la volonté et la motivation qu’elle exprimait.
Aujourd’hui encore celles qui font ce métier sont très investies ; c’est pour elles un choix et un projet de vie (aussi pour des raisons financières). Elles ont cette passion, nous y avons été sensibles.
Depuis on a recruté d’autres femmes, nous avons exigé qu’elles satisfassent à tous les critères ; elles avaient toutes les qualités requises.

Question : Avaient-elles le savoir-faire ?
Non mais les hommes n’ont pas toujours non plus le savoir-faire ou la qualification.
On a fait des contrats de professionnalisation. On leur finance le permis. Leur motivation était telle qu’on croyait en elles.
Nous en sommes satisfaits et c’est pour cela qu’aujourd’hui j’en témoigne. Je veux dire que nous sommes d’autant plus satisfaits qu’il y a très peu d’absentéïsme ; malgré quelquefois leurs soucis de garde d’enfants, elles savent très très bien s’organiser. Jamais d’absence quasi, de retard, de « petits bobos », de plaintes que je peux quelquefois avoir avec les hommes.. Elles montrent une certaine force de caractère, de la ténacité.
Elles passent très bien chez les clients. Après une certaine surprise au départ, les relations sont bonnes et si notre conductrice rencontre des difficultés, le client donne un coup de main volontiers. Il n’y a pas de rapport de force, jamais de coup de tête, de non respect .. parce que justement il y a ce respect entre les sexes. Elles s’adressent aux autres poliment, le client apprécie leur fluidité de langage.

Question : Et dans vos équipes, quelle est aujourd’hui l’ambiance. Comment les hommes ont-ils vu l’arrivée de leurs collègues femmes ?
On est vigilant, on a mis les règles et dans l’ensemble, cela se passe bien. Ils ont vu d’un bon œil l’arrivée des femmes ; ils espèrent qu’elles vont contribuer à casser l’image qu’ils détestent du conducteur poids lourd gros bras en short et marcel ! Enfin on va dire que c’est un métier propre, elles vont redorer notre blason estiment-ils.

Question : Avez-vous pensé demander le label égalité ?
On ne s’est pas posé la question. Quand je me suis aperçue que recruter des femmes, ce n’était pas le cas chez mes confrères. Que certains avaient des craintes alors j’ai décidé d’en parler autour de nous. Mon entreprise fait des choses bien, je pense qu’il faut le dire et ainsi mettre en lumière les femmes salariées chez nous. Elles vivent leur passion, leur vie privée à côté d’un métier difficile ; ce qu’elles font, c’est super bien. J’en témoigne pour les remercier de leur assiduité au quotidien. En parler, est une forme de reconnaissance

Imprimer l'article

 

Fil RSS