retour page d'accueil

Triselec : Faire de la valeur avec des valeurs

Concilier responsabilité sociale et performance économique, tel est le pari réussi de Triselec, une société d’économie mixte qui assure, à Halluin, le tri des déchets recyclables de la métropole lilloise.

Volontaire et passionné sont des mots faibles pour qualifier Patrick Vandamme, le directeur de Triselec, décidé à casser le schéma selon lequel le social et l’économique ne seraient pas compatibles.

"Quand l’usine a été créée en 1994, le chômage dans les communes environnantes dépassait les 17 %. Nous avons réservé les postes qui ne demandaient pas de qualification particulière aux demandeurs et demandeuses d’emploi du secteur. Les candidats nous sont envoyés par les services sociaux des mairies. La seule sélection consiste en un essai d’une heure qui doit permettre à la personne de prendre conscience du métier qu’elle va exercer et de confirmer ou pas sa candidature. Les personnes qui le font sont intégrées systématiquement. Or cela ne nous empêche pas d’être leader européen."

Triselec a réinséré avec succès des centaines de personnes et les cadres et techniciens sont pour beaucoup d’anciens exclus entrés au service production et formés par l’entreprise. Ce succès passe d’abord par un regard sans a priori porté sur les hommes et les femmes. "Nous n’isolons pas des catégories de public, nous nous concentrons sur les personnes." Ces personnes ont pour beaucoup d’entre elles rompu longtemps avec le monde du travail, elles sont fâchées avec l’école et les méthodes traditionnelles d’apprentissage. Or, pour les faire progresser autant que pour garantir les résultats de l’entreprise, il est indispensable de développer la formation. C’est ici qu’intervient le concept créé par M. Vandamme de "formation en flux tendus". Il s’agit de former tout le monde au rythme de chacun en désamorçant les ressorts discriminatoires qui se cachent derrière les systèmes classiques de formation. Plus de rapport maître/élèves, plus d’horaires rebutants, plus de référentiels étouffants mais un espace convivial intégré à l’atelier, ouvert de 4 h 45 du matin à 22 h 15 et où des groupes de 2 à 3 personnes se succèdent sans cesse pour des séances d’une demi-heure réparties sur toute la journée de travail. "Ici, c’est au formateur de s’adapter aux gens en formation et pas l’inverse et nous avons développé avec le temps nos propres outils de formation qui s’avèrent très efficaces"

A leur arrivée dans l’usine, 95 % des agent/es de production n’ont jamais touché d’ordinateur. Pourtant, toutes et tous seront très rapidement capables d’utiliser les outils de formation mis à leur disposition et certain/es apprendront même à lire. L’illettrisme a été un des premiers grands chantiers de Triselec. "Quand nous avons lancé nos outils de lutte contre l’illettrisme par informatique et visioconférence, cela a fait beaucoup parler dans les universités. Beaucoup étaient convaincus que nous allions nous planter. Or, en brouillant les repères négatifs qu’avaient nos salarié/es par rapport à l’école, nous leur avons redonné la possibilité et le goût d’apprendre, de progresser, de réaliser. Il y a en France une fâcheuse tendance à décourager d’avance les idées audacieuses, c’est dommage."

La démarche et les outils mis en place par Triselec ont du succès et s’exportent dans les autres entreprises ainsi qu’à l’étranger, au Brésil notamment. A la maison d’arrêt de Loos, Triselec a créé un petit centre de tri qui fonctionne comme une entreprise d’entraînement et est articulé avec un centre multimédia.

La déconstruction des mécanismes qui discriminent, la valorisation des aptitudes et des personnes au détriment des catégories, l’affirmation toujours répétée d’une "culture du possible", tels sont quelques uns des ingrédients de la recette Triselec. Placer l’homme au centre du système économique et améliorer les performances économiques sont des mots d’ordre souvent présentés comme antithétiques. Triselec apporte la preuve qu’ils sont non seulement compatibles mais plus encore : ils sont complémentaires.

Imprimer l'article

 

Fil RSS